Dernières nouvelles COVID19 Algarve

Pour les Français, francophones et francophiles du Portugal, retrouvez des informations portugaises de ce mercredi sur la French Radio Portugal

Attention aux masques faussement certifiés
Les premiers masques produits au Portugal arrivent sur le marché. L’industrie textile du pays s’est mobilisée pour en produire à grande échelle et les premiers modèles sont d’ores et déjà disponible à la vente, notamment en ligne.
Mais attention aux contrefaçons ! C’est l’alerte lancée ce matin par le Jornal de Noticias. Le quotidien annonce en Une des dizaines d’entreprises proposent déjà des masques en prétendant qu’ils ont été certifiés par le Citeve, le Centre technologique des industries textiles et du vêtement. Sauf que c’est faux, explique le journal.
Des fournisseurs assurent notamment que les masques réutilisables sont efficaces jusqu’à 50 ou même 100 lavages. Le directeur du Citeve répond que c’est impossible. Ceux qui sont certifiés ne résistent même pas à 25 lavages, insiste-t-il. Les 34 modèles de masques qui ont pour l’instant été validés par le Citeve, avec l’aval des autorités sanitaires, ont été testés seulement pour cinq lavages.
Problème : des élus ont déjà distribué des milliers de masques, dont au final seul le tissu est certifié, mais pas l’ensemble du masque. Ces élus dénoncent cette escroquerie. L’Autorité pour la sécurité alimentaire et économique relève actuellement le nombre d’infractions sur le marché et envisage des poursuites pénales contre ce commerce illégal.
A l’aube du déconfinement, on rappelle enfin que l’usage d’un masque est fortement recommandé dans les lieux clos et fréquentés, comme les supermarchés et les transports en commun.
Fournitures de masques etc…
Les masques (mascaras), les gants (luvas) et les gels sont maintenant bien disponibles en Algarve dans les pharmacies, dans certains commerces (Auchan, Leroy Merlin…), la poste, divers petits commerces également. Parfois il y a rupture de stock, mais en principe ils sont reconstitués dans les 48 h.
Notons qu’hier, les supermarchés Auchan vendaient des visières (viseiras) vite dévalisées. A suivre donc si vous désirez en acheter pour moins de 4€ la visière.
Dans le secteur d’Olhão, Moncarapacho, Fuseta, … à l’initiative de Patricia et Michel Lefrançois, développement d’un projet de fabrication de masques “barrière” dans le but de les remettre gratuitement à des organismes de type maisons de retraite, établissements médico-sociaux, … ne disposant pas des moyens d’en acheter. Les dons pour financer l’achat des fournitures sont bienvenus. Merci à Corinne de Lagos pour ses précieux conseils prodigués à Michel et Patricia.
Notez que ces masques respectent les normes Citève

Bilan épidémiologique : taux de létalité de 3,9 %

948 morts, c’est le nombre de décès provoqués par le coronavirus au Portugal. Le dernier bilan établi par la Direction générale de la santé rapporte que le taux de létalité du virus dans le pays est désormais de 3,9 %, un des taux les plus bas en Europe. Il grimpe à 13,9 % chez les personnes âgées de plus de 70 ans. Ce taux pour rappel s’obtient en divisant le nombre de décès par celui des personnes contaminées, qui sont plus de 24 000 au Portugal. Enfin le nombre de récupérations s’élève ce matin à près de 1 400.
Les demandes d’aide alimentaire en nette hausse
Les familles en proie à la famine seraient de plus en plus nombreuses au Portugal. Leur nombre aurait désormais atteint les 150 000 depuis le début de la pandémie, annonçait hier le Correio da Manha. Selon le journal, actuellement 600 000 Portugais sollicitent une aide alimentaire auprès de Caritas. Le président de l’ONG catholique affirme au journal que « les demandes ont augmenté de plus de 50 % en deux mois » et qu’elles devraient encore doubler d’ici la fin mai. Cette hausse des besoins alimentaires, affirme-t-il, « a été plus brutale que lors de la crise de la troïka en 2011 ». Notez que l’UFE ALGARVE va faire prochainement une action pour soutenir cette aide alimentaire.

Déplacements entre le Portugal et la France : rappel….

Aucun rapatriement depuis le Portugal n’est organisé par l’Etat français. C’est le rappel publié hier sur le site de l’ambassade de France au Portugal. Les déplacements internationaux, souligne-t-elle, sont fortement déconseillés en cette période de pandémie. En cas de nécessité impérieuse, les Français ou Portugais qui souhaitent rejoindre leur pays doivent prendre leurs dispositions et solliciter des proches en cas de difficultés financières. L’article de l’ambassade, très complet, recense toutes les attestations à télécharger pour voyager entre les deux pays.
On rappelle que la frontière avec l’Espagne reste sous contrôle jusqu’au 14 mai.

Seuls neufs points de passage sont ouverts à la circulation : Valença (Viana do Castelo), Vila Verde da Raia (Chaves), Quintanilha (Bragança), Vilar Formoso (Guarda), Termas de Monfortinho (Castelo Branco), Marvão (Portalegre), Caia (Elvas), Vila Verde de Ficalho (Beja) et Castro Marim (Faro).

Pour ce qui concerne les liaisons aériennes, elles sont pour l’instant suspendues. Mais selon Publico, la TAP, la compagnie portugaise, envisage à partir du 4 mai de reproposer deux vols par semaine entre Lisbonne et Paris.

Orientations de confinement au Portugal
(réunion du Conseil national de sécurité, résumé rapide (diverses sources officielles)
Il y aura 3 phases :
-Première phase
4 mai -1A
– Le travail reprend le 4 mai en respectant la distance sociale (1,5 m) s’il est impossible d’utiliser un masque obligatoire
Le télétravail sera la norme à respecter
Masque obligatoire dans les transports.
Voyage non essentiel interdit
Faire du sport avec un maximum de deux personnes qui ne vivent pas sous le même toit … en respectant la distance
– 11 mai (phase 1B)
Les magasins peuvent ouvrir sauf les professions de contact (coiffeurs, dentistes, etc.) Se rendre à sa résidence secondaire ne sera pas autorisé avant le 19 mai (minimum)
Voyages non essentiels à l’étranger ainsi que les grands événements interdits
2ème phase
-18 mai Écoles primaires (1re 2e et 6e année) et écoles secondaires seront ouvertes (elles recommencent par phases le 18 mai – 10 élèves par classe)
Les élèves de plus de 12 ans et les enseignants devront utiliser des masques obligatoires
Les professions de contact peuvent recommencer. Idem ouverture des musées et visites à domicile
Les restaurants restent fermés
3e phase
– à partir du 8 juin
Des cafés, restaurants et cinémas peuvent peut-être ouvrir. Mais les grands événements interdits jusqu’au 31 août. Voyages possibles à l’étranger à partir de cette date (8 juin)
Le sujet sera revu en permanence.

Réouverture progressive
des crèches, relance de l’économie, allègement des mesures de quarantaine, le Premier ministre Antonio Costa a annoncé les grandes lignes du déconfinement qui devrait se mettre en place à partir du 4 mai. (Le petit Journal)
Après une nouvelle reconduction de l’état d’urgence jusqu’au 2 mai prochain, le Président de la république Marcelo Rebelo de Sousa a formellement autorisé par décret le gouvernement d’Antonio Costa à procéder au déconfinement du pays à partir de cette date. À l’issue du prochain Conseil des ministres qui aura lieu ce jeudi 30 avril, le Premier ministre annoncera les différentes étapes de ce processus qui promet d’être long et progressif. Sans réelle certitude quant au calendrier des événements, le Premier ministre a néanmoins fait savoir qu´il tiendrait la population informée sur l´évolution du processus de déconfinement tous les 15 jours.

Redynamiser l’économie
Relancer l´économie, c’est l’un des objectifs majeurs du gouvernement pour éviter que la crise sanitaire n’ait de répercussions structurelles sur l’économie du pays. Antonio Costa a fait part de sa volonté de rouvrir certaines activités économiques, à commencer par les petits commerces de quartiers, si la tendance des chiffres du Service National de Santé relatifs à la pandémie se maintient. « Ces commerces sont ceux qui rassemblent le moins de personnes, nécessitent le moins de distance de déplacement, et qui servent le mieux l’économie locale » a expliqué le Premier ministre. Ce sont aussi probablement ces commerçants qui ont le plus souffert du manque à gagner lié à la pandémie. « Si nous ne rouvrons pas boutique dans deux semaines, nous ne pourrons plus rouvrir du tout car nous n’avons pas les fonds nécessaires pour remplacer toute la marchandise que nous allons devoir jeter. » explique Karim, propriétaire d’une épicerie dans le quartier d’Anjos, à Lisbonne. Le nouveau décret prévoit une réouverture graduelle des commerces selon différents critères comme les horaires d’ouverture, les secteurs d’activité, le poids des entreprises en termes d’emploi ou encore la zone géographique. Concernant le télétravail, Antonio Costa veut inciter les Portugais qui le peuvent à continuer à travailler depuis leur domicile, notamment pour désengorger les transports publics au moment du possible déconfinement et de la reprise du travail pour de nombreux salariés. Antonio Costa compte également sur une réouverture progressive des équipements culturels (notamment ceux qui ont une capacité fixe et des sièges numérotés) et sportifs (gymnases etc.) si des procédures d’hygiène strictes sont imposées.

Promouvoir de nouvelles normes d’hygiène publique
Le gouvernement souhaite rendre plus abondant sur le marché les moyens de protection individuelle, tels que les masques et le gel hydroalcoolique, afin d’encourager de nouveaux réflexes d’hygiène notamment sur les lieux de travail, les espaces publics et en particulier dans les transports publics. « C’est la plus grande difficulté logistique » à laquelle le gouvernement doit faire face, a admis le Premier ministre. Le cas des transports publics est particulièrement délicat. Costa a suggéré l’idée d’une nouvelle organisation horaire du travail pour éviter les rassemblements pendant les heures de pointe (en continuant le télétravail une semaine sur deux par exemple et en faisant travailler des équipes le matin et d´autres l´après-midi) ou simplement en augmentant le trafic des métros et des bus par exemple. L’objectif étant de garder la situation épidémiologique sous contrôle tout en libérant les Portugais de l’isolement domestique.

Réouverture des crèches et retour partiel en cours des lycéens
Le Premier ministre a exprimé son souhait d’un retour, même partiel, des cours en présentiel à partir du 18 mai pour les élèves de Première et Terminale (11° et 12° année), ainsi que la réouverture des crèches le 1er juin dont manquent cruellement les familles en ce moment, notamment celles qui ne font pas de télétravail. Une étude de l’Ecole Supérieure de Santé Publique portugaise a montré que le Covid-19 touchait très peu de jeunes enfants, qui avaient aussi, de fait, un faible ratio de contamination du fait de leur absence de vie sociale en dehors de celle de leurs parents. D’autres pays européens ont déjà commencé à rouvrir les garderies, notamment en Norvège et en Islande. Cette annonce suscite des inquiétudes notamment auprès des parents et des syndicats d’enseignants, en général, qui craignent une nouvelle vague de contaminations et attendent des garanties concernant les mesures de protection. Le Premier ministre souhaite également rouvrir les universités à partir du 4 mai, si la situation sanitaire le permet. Le reste des élèves, du primaire à la première, resteront chez eux jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Un déconfinement échelonné
Quoiqu’il arrive, le déconfinement se fera en plusieurs étapes ( cf § précédent) : au niveau régional (en fonction de la gravité avec laquelle chaque région a été touchées par l’épidémie) et générationnel (en fonction de l’âge des citoyens) il est probable que les personnes âgées devront restées confinées plus longtemps que les autres par mesure de protection. Il est aussi possible que le confinement reste obligatoire mais que les restrictions de mobilités soient assouplies et ne soient plus limitées à l’activité professionnelles ou à l’assistance de personne vulnérables par exemple. Cela n’a pas encore été formellement établit par le gouvernement.

Regagner la confiance des Portugais
C’est l’un des points clefs qui est ressorti d’une réunion le 14 avril dernier entre le gouvernement et une vingtaine d’économistes portugais : pas de retour à la normalité sans confiance. Pour relancer l’économie, les citoyens portugais doivent absolument se sentir en sécurité afin de redescendre dans la rue pour travailler et consommer sans risquer de tomber malade. La sortie de l’isolement et l’assouplissement des mesures restrictives de déplacement dépendront de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement d’António Costa. « Nous devons établir une confiance collective dans la capacité que nous avons à protéger la populations et les plus fragiles d’entre nous, à mesure que nous nous préparons à lever les restrictions économiques et circulatoire des citoyens » a déclaré Pedro Siza Vieira, ministre d’État de l’Economie et de la Transition Numérique.

Le décret présidentiel rappelle également que pour le déconfinement soit possible, il est nécessaire que « les données épidémiologiques continuent de montrer une diminution de la propagation du virus et que la capacité de réponse du Service national de santé continue d’être assurée. » Chose qui, pour l’instant, dépend encore de la volonté des citoyens de respecter scrupuleusement le confinement jusqu’au 2 mai prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
X